09 avril 2007

LE ROCK DANS TOUS SES ETATS 2006 : le bonheur est dans le pré une fois l'an à Evreux (Part IV)

"Hephephep! Vous allez où comme ça ??!"
De toute évidence, on n'a pas marché assez vite. Ou on n'a pas assez baissé la tête (?). Il va pas tout faire foirer maintenant ? (Enfin non, c'est "faire son métier" qu'il cherchait à faire en fait)
Très très vite : "S'il vous plait ! On veut juste leur parler deux-trois minutes, c'est tout ! Regardez y en a d'autres qui sont passées avant nous ! On en a pas pour longtemps..." ... (vide intersidéral dans ma tête)
... "Bon ok! J'vous attends !"
Et c'est sur ces quelques mots intersidéraux (aussi) que le vigile peu zélé retourna faire preuve de sa relative vigilance près de la chaîne qui brillait par sa symbolique. Loin derrière nous.
Ca c'est fait.
Il nous restait plus qu'une quinzaine de mètres à parcourir, et pour se demander ce qu'on allait faire là-bas, au bout du compte.
Une fois devant le tour bus, les gens présents remarquent à peine notre arrivée. Un après-concert, c'est agité. Le staff discute mais je suis pas capable de savoir s'il y a des membres du groupes parmi ces gens. On voit Johnny arriver. Il discute avec les deux fans qui étaient arrivées juste avant nous. Putain de merde j'entends qu'il parle français. Et pas à moitié.
Xavier me pousse à demander une photo. Il finit par demander lui-même pour ma pomme ; Johnny voit quelqu'un avec un appareil photo, il comprend la requête. Très gentil, il prend la pose pendant que je sourie bêtement. Les deux fans veulent absolument voir le guitariste, enfin plutôt ce qu'elles croyaient être le guitariste. Elles demandent à Johnny s'il peut sortir du bus. Et comment il s'appelle aussi. Hum.
Ensuite Johnny s'absente, le portable à la main, parce "(*faible accent) j'ai un message à écouter", et il prend le large pour avoir de l'air aussi, bien entendu.

On reste comme ça quelques minutes, plantés près du tour bus. A pas trop savoir ce qu'on fait là. Tous seuls, tous les deux, à côté de gens à qui on sait pas quoi dire.
Xavier finit par me dire : "On s'en va ?" Je le comprends totalement, vu l'ardeur des quelques minutes passées... Mais je pouvais pas me résoudre à partir comme ça. Après avoir insisté, il finit par partir, seul.
Je reste.
Encore plus seule.
Et je vois Xavier partir, arriver à la chaîne, et rejoindre 8's, David et Claire qui me regardent de loin. Impossible de distinguer la tête qu'ils font, mais je devine largement que David est dingue...

Et au bout du compte je me sens complètement ridicule. J'avais voulu faire la maline et là, c'est comme si je me prenais une veste. J'étais du bon côté de la chaîne, mais il se passait rien. Vous voyez le sens le plus péjoratif du mot "groupie" ??? bah j'me sentais encore inférieure à ça. Une sale groupie sans rock star.

Pendant un quart d'heure, limite humiliée (même si personne m'avait remarquée de toutes façons), je suis restée seule, presque immobile. Presque au point d'en vouloir au groupe qui voulait pas sortir de ce foutu bus. M'enfin ils mangeaient donc bon...
J'étais vraiment sur le point de partir, parce que ça finissait par me coûter, et je prenais racine un peu aussi.

J'me souviens pas de tout, mais ça doit être en réaction à ce sentiment d'infériorité que j'ai fait un pas en avant, prenant la décision de ne pas perdre l'avantage, ni ma soirée.
La communication.
La communication...
Je suis rentrée dedans. Non pas dans le tour bus, non non, mais dans la mini-sphère tour bus. J'ai commencé à m'approcher des gens et j'ai commencé la discussion avec les deux fans. Elles ont mon âge ou presque et sont très fans. J'avoue toute honteuse que je connais à peine Razorlight.
On parle de la prog du festival, de l'édition 2005 à laquelle elles étaient allées aussi... Chose étonnante : alors que j'explique que je trouve la programmation 2006 très déséquilibrée, avec les "meilleurs" groupes le deuxième jour (Dirty Pretty Things, Art Brut, Dionysos, The Infadels et Franz Ferdinand), elles me disent qu'elles la trouvent déséquilibrée aussi, mais au contraire, les "meilleurs" groupes sont le premier jour !! L'an dernier, elles avaient adoré Tiken Jah Fakoly, Amadou&Mariam et Ska-P, et regrette la quasi-absence de reggae cette année. Ca me réjouit de savoir que j'ai tord et qu'en fait ce festival est encore mieux conçu que ce que je pensais ! Et ça me réjouit aussi de constater que les fans de Razorlight viennent de tous les horizons musicaux.

Posté par poopoopidoow à 02:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur LE ROCK DANS TOUS SES ETATS 2006 : le bonheur est dans le pré une fois l'an à Evreux (Part IV)

  • Bon pour cette année j'ai plus de bouteille pour le permis et une voiture qui ont des freins qui répondes à la seconde prés donc plus de fossé je pense hormis si je vois carl barat dedans mdr!

    Posté par xav, 17 avril 2007 à 23:27 | | Répondre
Nouveau commentaire